Cueilleurs d’histoires vraies

François beaune

François Beaune est écrivain. Il a créé un magazine, un fanzine, un blog, un festival, une pièce de théâtre et un spectacle de cabaret à Lyon, puis a écrit deux romans : Un Homme louche et Un Ange noir. En 2011, il entreprend un périple dans 13 pays méditerranéens pour y recueillir des histoires vraies. Ces 1500 récits forment la matière dont il tire La Lune dans le puits paru chez Verticale.

Aurelie champagne

Aurélie Champagne est journaliste et scénariste. Elle a animé des matinales pour Radio France, chroniqué pour Radio Canada et pigé pour L’Obs, Son enquête littéraire, La Part du chien, sur des soldats souffrant de stress post-traumatique sort aujourd’hui. Elle a aussi publié un roman, Zébu boy, odyssée malgache sur fond d’insurrection anti-coloniale. Avec Olivier Volpi – son co-auteur et plus encore (ils ont un petit garçon) – ils écrivent à quatre mains des longs métrages et des séries. Pour se détendre, ils collectionnent des mots doux (et moins doux), compilés sur un site (chersvoisins.net) et un livre devenu best-seller. 

Adrien gingold

Adrien Gingold est auteur et producteur pour la télévision et les réseaux sociaux. Il a travaillé dix ans chez Radio Nova où il a touché à tout, du standard à la rédaction en chef en passant par l’antenne. Il a réalisé son rêve d’enfant – se perdre dans les entrailles de l’Amérique du Sud – et a finit par s’installer à Sao Paulo. Il a récemment décroché un boulot que la France entière lui a envié : “World Cup Team Reporter Official”. Autrement dit, missionné par la FIFA pour suivre en Russie l’équipe de France. Sinon, un improbable concours de circonstances l’a amené à publier aux éditions Tripode non pas un mais cinq best-sellers : Le Tout va bien, une sélection de titres de presse. Écrit comme ça, cela peut paraître bizarre, mais c’est très drôle.

Natacha henry

Natacha Henry est auteure et consultante. Depuis qu’elle est sortie de la London School of Economics, son sujet c’est la lutte contre le sexisme. Et son arme ce sont les faits. Et donc, elle analyse les préjugés et traque les inégalités pour l’Etat et les associations. Et ça marche : c’est avec des faits qu’on change les mentalités. Elle a écrit des rapports sur celles qui ont vécu le pire (mariages forcés, harcèlement), réalisé des dessins animés pour donner de la force (et des droits) aux femmes qui n’en n’ont plus et publié des biographies sur d’autres femmes, qui, elles, ont pu s’inventer un destin : Marie Curie, Bronia Sklodowska et Marthe Richard. Marie et Bronia: le Pacte des soeurs, pour la jeunesse, est son premier roman.

Nicole marchand-zañatu

Nicole Marchand-Zañartu est une intellectuelle éclectique. Son dada, c’est la naissance des idées géniales. Elle a publié Les Grands Turbulents, sur les bandes d’amis qui ont marqué  l’histoire de l’art, et 32 grammes de pensée, sur les prémisses de projets créatifs. Elle a été journaliste pour Vogue, pour Elle et pour Dim Dam Dom – (géniale) émission féministe au temps où la télévision française comptait seulement 2 chaînes. Elle a aussi dirigé le département sciences humaines et le centre de documentation de l’ENSCI, la grande école de création industrielle et de design fondée par les (géniaux) Jean Prouvé et Charlotte Perriand.

Delphine maury

Delphine Maury est productrice de dessins animés. Elle a étudié un peu de droit, un peu de médecine, un peu d’ethnologie (c’est l’étude des peuples du monde), avant d’obtenir un diplôme pour travailler dans l’édition. Elle devient journaliste chez J’aime lire, puis directrice d’écriture pour des séries d’animation (Ariol, Maya l’Abeille, Angelo la débrouille). Un jour, elle imagine et écrit Les Grandes grandes vacances sur la deuxième guerre mondiale. Un peu plus tard, elle crée Tant Mieux Prod pour mettre en images animées l’oeuvre de poètes : Paul Verlaine, Guillaume Apollinaire, Paul Eluard, Jacques Prévert et Robert Desnos. En 2017, ses pairs lui ont décerné le prix du Meilleur producteur français d’animation. Elle pense qu’elle a enfIn trouvé son métier mais prend des cours de permaculture, on ne sait jamais.

Nora philippe

Nora Philippe est réalisatrice de documentaires, commissaire d’exposition et productrice. Au départ tout était beaucoup plus simple : elle était normalienne. Mais elle a tellement adoré faire des études qu’après les lettres modernes et l’histoire de l’art, elle s’est lancée dans l’anthropologie et le cinéma. Depuis, elle multiplie les occasions de retourner à l’université : Columbia par exemple où elle est en résidence cette année (Institute for Imagination and Ideas). Des idées et de l’imagination, elle en a. De la curiosité aussi : pour le peintre belge James Ensor (le film qu’elle lui a consacré, Les Ensortilèges, a été distingué par une Étoile de la Scam) et pour une agence Pôle emploi de banlieue parisienne (Pôle emploi ne quittez pas !). Depuis trois ans, c’est à une collection de poupées de tissu africaines-américaines qu’elle se voue : elle en a fait un film, un livre et une exposition. Elle avait consacré ses études en histoire de l’art à la couleur (l’invention du blanc, en particulier) donc il était logique de s’intéresser à son envers, le noir.

Jean-francois pitet

Jean-François Pitet est auteur. Il a consacré sa vie aux nouveautés (il était publicitaire), il la dédie désormais aux anciennetés (il est devenu archiviste). Sa passion, le jazz, l’a amené à s’inventer (encore) un autre métier, auteur : il a été chroniqueur sur TSF Jazz et pour les soirées Rejoice et a écrit pour ARTE un documentaire sur son artiste préféré : Cab Calloway, le Dandy de Harlem… Cab, Jean-François connaît bien. Et il connaissait bien Cabu, qui lui aussi, aimait bien Cab. Ensemble ils ont écrit une bande-dessinée intitulée, sans surprise… Cab Calloway. Depuis cinq ans, avec Véronique Cabut, il s’occupe de l’œuvre du dessinateur, notamment en tant que commissaire des expositions Cabu, Vive les comédiens ! à la Comédie-Française, Le Rire de K-bu à la Duduchothèque de Châlons et d’une prochaine rétrospective à Paris.