Plumes dans la plaie

Mine kirikkanat

Mine Kırıkkanat est éditorialiste pour Cumhuriyet, le quotidien turc de référence, fondé il y a bientôt un siècle et qualifié de “machine à scoops” par l’AFP. Elle écrit aussi des romans et des polars comme La Malédiction de Constantin – l’histoire d’une journaliste turque à Paris – best-seller traduit chez Métaillié dans la collection Noir. Il faut dire que les dernières nouvelles de Turquie sont sombres. Dix journalistes de Cumhuriyet sont en prison accusés “d’activités terroristes”.

Josiane kouagheu

Josiane Kouagheu est journaliste pour le Monde Afrique et l’agence Reuters à Douala, après avoir longtemps écrit pour le quotidien Le Jour à Yaoundé. Enfant, elle avait raflé le premier prix d’un concours national de poèmes dédiés aux héros du Cameroun. Elle est finaliste cette année du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre pour sa couverture de la guerre civile camerounaise, dans la zone anglophone à la frontière avec le Nigéria. C’est ce qu’on appelle mettre la plume dans la plaie.

Ilana navaro

Ilana Navaro est productrice pour France Culture et réalisatrice pour France TV et ARTE. Après avoir renoncé à une vie tranquille dans son milieu bourgeois et stambouliote, elle a cherché sa voie sur trois continents – aux États-Unis où elle a fait ses études, dans la Turquie profonde où elle a travaillé comme reporter, et en France où elle s’est installée sur un coup de tête. Elle adore cuisiner des plats ottomans sucrés-salés, et des docus ou des fictions tragi-comiques, qui parlent d’amour, d’identité et de religion. Elle vient de terminer un documentaire sur Joséphine Baker, qu’on pourra bientôt voir sur ARTE.

Aysegül sert

Ayşegül Sert est journaliste. Elle collabore au New York Times, au New Yorker et à The Atlantic et intervient régulièrement sur les plateaux des chaînes françaises d’information. Elle est née en Turquie l’année d’un coup d’État – en 1960, 1971, 1980 ou 1997 ? Nous laisserons planer le mystère… Sa dernière tribune dans la presse américaine parle de poussière et de politique : “Chaque tremblement de terre est un point de bascule dans l’histoire turque : un silence assourdissant qui écrase tout.”