Auteur(e)s de bd, de récits graphiques et caricaturistes / Blagueuses, blogueuses et chroniqueuses / Cantatrices et chanteuses lyriques / Cartographes, typographes et as de l’orthographe / Chasseurs de scoops et journalistes d’investigation / Chroniqueurs judiciaires / Cinéastes et créateurs immersifs / Comédiens du réel / Correspondants (ici) de la presse anglo-saxonne / Correspondants (là-bas) de la presse francophone / Critiques littéraires / Cueilleurs d’histoires vraies / Danseurs, jongleurs, acrobates, mimes et magiciens / Data-journalistes, data-visualiseurs et futuristes de l’info / Documentaristes (surtout) sonores et podcasteuses / écrivain(e)s bardé(e)s de prix littéraires / éditeurs photo / Gastronomes planétaires / Gourous de la révolution / Grandes dames, monuments français et autres personnages / Historien(ne)s sachant raconter des histoires (avec un petit h) / Hommes et femmes sandwich / Jeunes auteurs et auteurs jeunesse / Journalistes de presse écrite / Journalistes de télévision, réalisateurs de documentaires et de reportages / Journalistes indépendants (enquêtes, récits et longs formats) / Lanceur d'alerte / Musiciens, musicologues et compositeurs / Philosophes marrants / Photographes / Poètes, performeuses et artistes / Premier ministre en exercice / Réalisateurs de formats courts et de curiosités visuelles / Scientifiques, himalayistes et explorateurs polaires / Trois turques et une camerounaise privées de quatrième pouvoir /

Poètes, performeuses et artistes

Rémi brun

Rémi Brun est ingénieur des Arts et Métiers, sculpteur, entrepreneur, docteur en biomécanique, inventeur et détenteur d’un brevet. Il nous affirme faire aussi des choses qui ne finissent pas en “-eur”. On a du mal à le croire. Il a longtemps rêvé de recherche fondamentale, mais a fini par monter une start-up et créer 10 emplois (ce qui est tout aussi fondamental). Sa société MocapLab fait de la motion capture, surtout pour les jeux vidéo et le cinéma. Depuis toujours, et du matin au soir, une seule chose l’intéresse : l’essence du mouvement, la capture du geste parfait. Cette quête l’a propulsé dans le monde des sourds (il travaille sur le premier avatar qui parle en langue des signes) et le monde de l’art (il expose dans des fêtes des lumières et nuits blanches un peu partout dans le monde).

Jean boucault et johnny rasse

Jean Boucault et Johnny Rasse sont chanteurs et artistes. Après avoir été “repérés” par le pianiste Jean-François Zygel, ils décident d’abandonner leurs métiers respectifs (pharmacien pour l’un, ingénieur pour l’autre) pour se lancer dans le spectacle. Ils entament alors une fructueuse collaboration à la scène, à la radio et la télévision. Ils viennent de sortir un album, parcourent le monde mais leur pays de cœur c’est la Baie de Somme, pas si loin de la Camargue, à vol d’oiseau.

Valérie cordy

Valérie Cordy est artiste et metteure en scène. Depuis 2013, elle est directrice de la Fabrique de Théâtre, le très officiel “service provincial des arts de la scène du Hainaut” une structure de soutien à la création et à la diffusion de spectacles, doublée d’une résidence d’artistes à Mons. Elle crée également des spectacles numériques, en ligne et en direct. Sur scène elle ne dit mot mais on comprend tout.

Emmanuel giraud

Emmanuel Giraud est journaliste gastronomique et artiste, ancien pensionnaire de la Villa Médicis dans la catégorie des arts culinaires (ils n’ont été que deux depuis 1666). Dans sa quête du beau, du bon, du gras, du juteux, du fumant, du croustillant il met en scène des festins dionysiaques et décadents. Il a publié en 2013 L’Excès, aux éditions de l’Epure.

David helbich

David Helbich est artiste conceptuel. Le concept donc, c’est que ses œuvres – performances, installations, projets divers – tournent autour de l’influence du public sur ses créations. Il est né à Berlin, a grandi à Brême, étudié à Amsterdam et vécu à New York. Il aurait dû être compositeur ou chef d’orchestre, mais sa petite musique intérieure l’a emmené ailleurs. Un jour à Bruxelles, il emprunte un escalier qui ne mène nulle part, adopte la deviseNot every solution is an answer to a problem” et en fait un livre, Belgian Solutions, puis un autre, Belgian Solutions 2, et un troisième dont on vous laisse deviner le titre.

Sébastien lespinasse

Sébastien Lespinasse est poète. Pas simplement sonore, mais “pneumatique” (c’est comme ça qu’il se présente). Tout est une histoire d’air. Performer au souffle jamais court, il est un des héritiers les plus vivaces (et ludiques) de l’esprit Dada et des lettristes. Il débusque et éclaire la réalité dans les plis du langage, à l’intérieur des mots qu’il peut démonter phonème par phonème, expanser, exposer, compresser. On le retrouve sur plusieurs CD, dont Pneuma-R (Trace label).

Ramuntcho matta

Ramuntcho Matta est compositeur et plasticien. Il a travaillé avec le trompettiste Don Cherry, l’artiste Louise Bourgeois et le poète Brion Gysin. ll a écrit le tube de l’été 86 – Toi mon Toit – pour Elli Medeiros, et vient de finir un film sur son père, le peintre surréaliste chilien Roberto Matta, qu’il a mis vingt ans à réaliser. Qu’il soit en Picardie dans la résidence d’artiste qu’il a créée – Lizières – ou à Paris chez lui, chaque matin il se lève aux aurores pour produire un dessin et un peu de poésie.

Clémentine mélois

Clémentine Mélois est artiste et écrivaine. Elle fait partie de l’Oulipo, un groupe d’écriture célèbre pour ses défis ludiques imposés à la langue, fondé par l’écrivain Raymond Queneau, le mathématicien François Le Lionnais et présidé par le Goncourt Hervé le Tellier. Elle a publié un roman-photo (Les six fonctions du langage), un récit sur l’expérience universelle de la lecture (Dehors, la tempête), un recueil de pastiches de classiques de la littérature (Cent titres) et un roman inspiré de sa collection de listes de courses (Sinon j’oublie).

Karelle ménine

Karelle Ménine est artiste. Elle a longtemps été reporter à la radio (France Culture, la Radio Suisse Romande) avant de tout plaquer. Ce qu’elle aime, c’est le langage, sa complexité, sa poésie. Elle écrit pour le théâtre, réalise des installations sonores et imagine des expériences où elle déplace les mots dans l’espace public. Comme La Phrase, dix kilomètres de littérature, écrite à la main avec le graphiste Ruedi Baur sur les façades de la ville, à l’occasion de Mons capitale européenne de la Culture. Elle dirige deux équipes (une compagnie de théâtre et un “Atelier des déplacements littéraires”), vit entre deux capitales – Genève et Bruxelles -, très loin de Mazamet dans le Tarn où elle est née.

Charles pennequin

Charles Pennequin est poète. Il écrit depuis qu’il est né, c’est-à-dire après l’enlèvement à Paris de Ben Barka et avant la prise de pouvoir du lieutenant-général Mobutu. Il est né à Cambrai, la ville où on fait des bêtises et où tous les pauvres sont encore dans le centre-ville, comme à Marseille (ça va pas durer).

Franck tassel

Franck Tassel est bruiteur. Il dit des choses comme :“Un bon bruitage, c’est celui qu’on n’entend pas”. Son métier consiste à recomposer tous les sons qui donnent vie à chaque scène, sachant que sur un plateau de tournage, seules les voix sont clairement enregistrées. Règle d’or : être parfaitement synchrone. Et il fait ça parfaitement bien, considérant le nombre impressionnant de films qu’il a bruités : une douzaine par an depuis une douzaine d’années. Pas de récompense pour les bruiteurs, ce qui est parfois vécu comme une injustice par ces hommes de l’ombre. (Car ce sont des hommes, la bruiteuse est rare. Comme nous l’apprend une étude du Collectif 50/50 pour la parité, le métier est masculin à 90%).

Adrianna wallis

Adrianna Wallis est artiste plasticienne. Elle aime les voix inaudibles et les choses oubliées. Parmi ses récentes œuvres, il y a une installation à base d’objets décrits comme “rares et magniques” sur eBay ; une collection quasi-complète de draps en lin monogrammés rangés par ordre alphabétique (il lui manque des U, des W et des X), un recueil de pensées intérieures de passants. Tout avait pourtant bien commencé, à Sup de Co Grenoble. Un peu avant de fêter ses 30 ans, elle a appuyé sur le bouton reset et s’est inscrite aux Beaux-Arts de Barcelone. Son exposition Les Lettres ordinaires est visible cet automne aux Archives nationales à Paris.